Anito l’âne écolo, extrait

Partagez sur :
Share

Anito l’âne écolo : extrait

Un village nommé “Bonheur” est menacé de perdre son nom, son identité si de nouvelles familles ne viennent pas s’y installer. Aidés par ses administrés, le Maire laisse un appel à candidatures pour faire venir des familles. Il reçoit de nombreuses propositions. Des familles soucieuses du bien-être de leurs enfants, de les élever dans un cadre rural où les valeurs de chacun sont importantes.

Parmi elles, une famille pas comme les autres s’installe. Celle d’Anito un âne qui va tout changer !

Le livre et l’e-book sont disponibles ainsi que des cartes postales, des affiches et des produits imprimés pour que votre enfant emmène partout son âne préféré !

Chapitre 2 : L’annonce d’une nouvelle vie !

L’été se déroule dans un climat de renouveau. Les annonces sont passées pour agrandir la communauté et au grand étonnement des Bonheurois, les candidatures sont nombreuses pour venir partager la vie de cette communauté où règne un climat de tranquillité et de bon vivre.

N’ayant qu’une dizaine de maisons de disponibles mais plus d’une cinquantaine de candidatures de personnes souhaitant changer de vie, les Bonheurois se réunissent pour, dans un premier temps, trier les désireux de venir s’installer dans le village.

Ils épluchent donc les dossiers en prenant soin de regarder les métiers exercés par ces prétendants au Bonheur. En effet, leur choix doit être judicieux et stratégique afin d’apporter un vrai plus à leur petit village qui manque de certaines professions qui leur font défaut.

Médecin, herboriste, agriculteur, éleveur, pâtissier mais aussi professeur d’école, infirmier, bibliothécaire…

Tant qu’à devoir trier sur le volet, tout doit être fait pour améliorer le village et la vie qui en découle…

 

Dans une autre région,  Louis, éleveur de chevaux et Inès, nourrice agrée, parents de deux enfants : Léon 7ans et Augustine 5 ans et parent adoptif d’Anito : leur âne âgé de 3 ans, récupéré de justesse avant qu’il ne parte pour l’abattoir, ont reçu eux aussi le coup de téléphone magique !

Louis a travaillé pendant des années pour un patron, il a appris toutes les ficelles du métier, en a vu chaque aspect et il rêve à présent d’avoir sa propre exploitation. Inès, elle,  souhaite offrir un meilleur cadre aux enfants, couler des jours heureux entourés de toutes les têtes blondes qu’elle pourra trouver ! Les rires d’enfants sont ces médicaments préférés, heureuse que quand une joyeuse marmaille joue, rit et court dans toute la maison !

Le fait  qu’une école sera crée lui donne le sourire. Empêcher qu’un village ne s’éteigne peu à peu lui a donné l’envie de sauter le pas et d’enfin voir son mari épanoui dans son travail. La seule pensée que ses enfants pourront grandir dans un endroit où ils pourront jouer en toute liberté, oublier le bruit de la ville, des voitures et de leurs klaxons, lui a remis du baume au cœur. Oublier les voisins bruyants, les grands centres commerciaux bondés de monde en permanence, les parents des enfants qu’elle gardent qui sont  toujours pressés et en retard et qui n’ont même plus la politesse de lui dire un simple bonjour le matin en déposant leurs enfants comme des paquets de courses qu’on laisse dans le couloir d’une maison vide. Certes, laisser ses « petits choux » comme elle les appelle sera difficile, mais il est  temps de penser un peu à eux, à leur bien-être et pour une fois, être un peu égoïste leur fait du bien ! …

Louis, Inès, leurs enfants et Anito arrivent également pour s’installer dans leur nouveau chez eux !

Tous les enfants du village courent derrière ce camion et cette drôle de remorque tirée par l’énorme quatre-quatre du couple.  Mais qu’est-ce qui se cache dans ce box ? Qui a-t-il derrière ces barreaux qui font offices de fenêtre ?

C’est Anito bien sûr ! L’âne de la famille vient bien entendu s’installer au village avec sa famille et il crie à tue-tête au fur et à mesure que la voiture ralentit, persuadé et non à tort, d’être enfin arrivé à destination : « Hiiii – Hannnn ! »

En entendant le braiment d’Anito, c’est ainsi que se nomme  le cri de l’âne, Isidor, le fils de Patrick le menuisier, saute en l’air, fait le fou et crie « c’est un âne les amis ! »

« Hourra, hourra !!! » crient les enfants !! Anito ne tarde pas à leur répondre : « Hii-hann » ce qui fait rire tous ceux qui assistent à la scène, y compris Léon et Augustine qui aspirent sortir de la voiture et faire la connaissance de leurs nouveaux camarades et voisins !

Louis gare la voiture le long de leur ferme, échange un regard avec Inès et s’émerveillent du paysage qu’ils verront désormais tous les jours ! …

anito nouvelle vie

Chapitre 5 : Anito la mascotte !

 

La journée d’école est à présent terminée. Julie range sa classe et fait le bilan de cette première journée qui fut bien remplie en émotion. Faire la connaissance de ses élèves a été une joie pour elle. Elle s’assied sur le coin de son bureau et regarde les murs colorés de cette classe qui est devenue aujourd’hui sa deuxième maison.  Inès reste à la garderie avec les petits dont les parents ne sont pas encore rentrés du travail. Ils ne sont plus qu’une poignée et c’est un moment qu’elle affectionne particulièrement car elle peut prendre le temps de s’occuper de chacun. L’un veut faire encore de la peinture, l’autre prend des cubes, un enfant prend un livre et son compagnon une voiture qu’il fait rouler sur le sol. Elle les regarde avec bienveillance, elle savoure ce moment qui lui rappelle un peu les enfants qu’elle gardait à son domicile dans sa vie d’avant, sa vie avant « Bonheur ». Elle ne la regrette pas mais elle pense à ses enfants d’adoption, ceux qui venaient remplir de joie, de rires et parfois de larmes sa maison qui lui paraissait si vide le soir venu.

anito roulotte

Les primaires rentrent chez eux, ils ont hâte de raconter à leurs parents leur fabuleuse première journée d’école. Léon se dépêche, il veut retrouver Anito et voir les moutons de son père courir et brouter l’herbe qui est si fraîche et si verte. Pendant que Louis s’occupe de préparer l’étable pour assurer à ses enfants à quatre pattes une bonne nuit et un bon repas, Léon attache la charrette à Anito monte dedans et laisse son âne l’emmener en balade à travers les champs qui sont à perte de vue. « Bravo Anito » crie-t-il à son ami le plus fidèle.                                       

Louis qui entend « Hiii-Hannnn » sort de l’étable et regarde son fils s’amuser comme un petit fou avec son compagnon et une idée lui vient à l’esprit…

Tous les enfants font peu à peu la connaissance d’Anito qui ne cesse de braire : « hhhhiiiii- hannnnnn » il manifeste ainsi sa joie et fait rire petits et grands avec ses petites mimiques dignes d’un âne de cirque !  La roulette attachée à lui, les plus petits enfants aidés de leur grand-frère, de leur grande-sœur ou de leur maman prennent place pour faire l’inauguration du nouveau transport scolaire !

anito transport scolaire

Pascal le menuisier propose alors ses services pour améliorer cette roulotte et la rendre plus confortable mais aussi plus amusante ! Ce soir, il l’emmènera dans son atelier et demain il se mettra au travail, fier de participer, une fois de plus, à la vie de ce village si cher à son cœur !

La fin de la journée est arrivée, ils se sont tous bien amusés et les cris d’Anito rythment les pas de sa joyeuse famille qui rentre tous ensemble à la maison. Anito retrouve ses amis les moutons, les enfants passent voir les canards… La vie reprend son cours, les habitudes sont déjà bien installées pour le bonheur de chacun.

Le lendemain comme convenu, Pascal se met au travail en parlant à haute voix :

– «  Alors voyons, je vais ajouter des bancs pour que les enfants puissent s’asseoir, mettre un toit pour qu’ils ne soient pas mouillés quand il pleut et le prolonger au-dessus d’Anito pour qu’il soit bien au sec lui aussi. Du plastique transparent bien  épais en guise de fenêtres, ainsi ils ne se blesseront pas mais profiteront de la lumière et seront  bien abrités quand le vent se déchaînera à l’extérieur. Au travail ! »

En fin d’après-midi la roulette est prête, il l’amène chez Louis qui n’en revient pas ! Les enfants sont aux anges et se dépêchent de l’essayer ! « MERCI Pascal ! »    Voilà la plus belle des récompenses qu’ils pouvaient lui faire !

anito foufou

….. A vous de venir découvrir la suite !!!