Loustik, tome 2

Share

Les Aventures de Loustik

Tome 2 : grandir, jouer et apprendre !

CADEAU : le 1er chapitre !

A la fin du Tome 1 : j’étais enfin adopté !

 

Chapitre 1 : Je suis … chez Moi !

La journée du lendemain de mon arrivée se passe bien, Papou est parti toute la journée et il me manque un peu mais Mamou reste à la maison, nous avons joué, nous sommes sortis nous promener, j’ai pu dormir sur ses genoux devant la télévision… J’ai demandé à sortir chaque fois que l’envie me prenait, parfois j’en joue un peu je l’avoue mais quand je ne fais rien je n’ai pas de gâteau, dommage…

Le soir venu, Papou est rentré, il était aussi content que moi de nos retrouvailles, on a joué, il m’a sorti pendant que Mamou préparait à manger. Après manger, Mamou va mettre son pyjama, Papou aussi, je sens qu’il va être temps d’aller dormir. Une vilaine angoisse me prend, je vais à nouveau être seul dans cette cuisine où le temps paraît interminable.

Mes doutes étaient fondés, Papou me dit “Bonne nuit mon Loulou” et Mamou me met à mon panier, me fait un câlin, un bisou plusieurs même et j’ai beau avoir été sage, elle me laisse à nouveau et referme la porte.

Je crie, je pleure et je hurle à en perdre la voix. Mamou revient, me câline et me dit que tout va bien mais qu’il faut dormir. Après un gros câlin, elle s’éloigne, allume la lumière et referme la porte.

Je crie à nouveau et quelques minutes plus tard, j’entends Papou crier « Loustik, dodo maintenant ! »

J’essaie de prendre sur moi mais la peur et la solitude sont trop pesantes pour moi, je crie jusqu’à ce que Mamou vienne mais elle est fâchée et je l’attends à la porte. Elle l’ouvre pour venir me voir et me gronder un peu je pense aussi, j’en profite pour me faufiler entre ses pieds et courir jusqu’à mon panier du salon où je m’allonge.

J’essaie de lui faire comprendre que je vais être sage, que je vais dormir si elle veut bien me laisser ma chance. 

A ma grande surprise, elle comprend mais me met en garde : « si je redescends parce que tu n’es pas sage Loustik, tu retournes à la cuisine ».

Bien installé sur mon gros coussin, elle me fait un câlin, un bisou et plein de caresses.

Elle attend que je m’endorme puis elle allume la télévision pour que je ne sois pas dans le noir et monte à l’étage. La maison entière s’endort…

Je lui ai prouvé cette nuit-là que je savais me tenir tranquille ce qui m’assure pour les jours suivants de pouvoir dormir dans le salon sans porte fermée et avec de la lumière.

La télévision d’ailleurs c’est sympathique, je la regarde parfois même si je ne comprends pas tout, cela m’endors malgré tout.

Plus jamais je ne dormirais dans la cuisine ! Youpiiiii !

 6 heures du matin, je me réveille, j’ai été habitué à avoir ma gamelle à cette heure alors j’attends de mes nouveaux maitres qu’ils se lèvent et me donnent à manger.

Je commence donc à pleurer de plus en plus fort, Mamou me dit “Oui Loustik j’arrive” et elle finit par se lever mais n’a pas l’air contente de se lever aussi tôt, mais me retrouver lui fait plaisir tout de même, elle me fait un gros bisou et plein de caresses pour me dire « bonjour ! »

Elle me caresse et me fait des bisous tout en inspectant partout du regrat. Oui j’ai fait pipi par terre, juste une fois mais je n’en pouvais plus. Mamou me dit “c’est pas bien Loustik, pipi dehors” mais c’est tout, pas de cri ou de punition, ouff !! Je m’en tire bien pour cette fois !

Puis Mamou me remet mon harnais, puis enfile ses chaussures, un manteau et nous voilà dehors, chouette une balade matinale au grand air ! 

Je refais mes besoins avec plaisir, hé oui j’ai une toute petite vessie, Mamou me donne une petite friandise, comme hier, super !
On joue un peu dans l’herbe, puis nous rentrons et oui!!! C’est l’heure de la gamelle ! Je la dévore littéralement ! Légumes, riz et poulet, voilà mon repas préféré !

Qui dit manger dit : “ressortir faire ses besoins”, Mamou comprend vite quand elle me voit à la porte.

Nous voilà repartis pour une balade, on ne va pas très loin et on ne part pas longtemps mais je sens qu’au plus je vais grandir, au plus j’explorerais notre quartier !
La journée  se passe bien : on joue, on sort, je fais de nombreuses siestes et j’apprends à me plier aux habitudes de Mamou, notamment avec cette drôle de chose qu’elle frotte par terre : le balai ! 

Il est bien étrange cet objet, je suis curieux donc je joue avec et  le mordille mais quand il racle le sol il me fait peur et je vais me cacher sous la table, Mamou me laisse faire un peu mais pas trop, si je m’énerve trop elle me met à mon panier avec un jouet, mais je m’en fous moi de ma balle ce que je vais c’est les poils de ce truc aussi rigolo d’intrigant !!

Si j’insiste trop longtemps, elle hausse la voix “Loustik, Non ! Mamou nettoie ce n’est pas un coquin le balai”.

Dommage, mais je n’ai pas dit mon dernier mot !  Quand elle sort ses chiffons à épousseter je remets ça de plus belle !

 J’essaie de les attraper et ça m’arrange que les meubles du salon ne soient pas très haut.  Ainsi, je peux les mordiller un peu et parfois même, elle relâche la pression, fait une boule son chiffon et me fait “Pschitt sur le nez avec”, il n’y a pas à dire, elle est quand même super cool Mamou !

Par contre quand elle relâche sa vigilance en laissant un chiffon sans surveillance,  me voilà parti avec et  je l’emmène directement à mon panier, je le coince entre mes pattes et je le mâchouille volontiers  avec ardeur ! 

Bien sûr, Mamou vient le reprendre en me disant “Non” mais elle a eu pitié de moi ou alors c’était pour avoir la paix quand elle nettoie, en tout cas j’ai eu droit à mon chiffon personnel à mâcher, elle a fait des nœuds même, ça me soulage les dents et en plus je suis sage quand elle fait son ménage, maline cette Mamou !

Papou lui, est parti toute la journée et il me manque un peu mais Mamou reste à la maison donc je ne suis jamais seul pour l’instant, nos journées sont faites de nombreuses sorties bien sûr, environ toutes la demi-heure, de jeu et de siestes sans oublier l’heure des repas que je ne manquerai pour rien au monde !

Et puis Mamou invente plein de nouveaux jeux.

Elle profite quand je dors à point fermé pour cacher des croquettes dans la maison : en dessous de la table, sur le tapis de l’escalier, sous la table, dans un jouet…

Dès que je me réveille et que je me balade, je sens l’odeur des croquettes et je cours partout pour toutes les trouver et les manger surtout !

Je vois bien que ça l’amuse ce genre de choses et ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre !

Les nuits suivantes se passent un peu mieux, je préfère même dormir sur le tapis en bas de l’escalier plutôt qu’à mon panier, Mamou l’a bien remarqué alors le soir, avant de monter, elle dépose mon gros coussin sur le tapis pour que je passe une bonne nuit, trop gentille Mamou ! Je ne fais plus mes besoins par terre la nuit,en tout cas très rarement quand vraiment je suis trop pressé, de ce fait, la plupart des matins c’est :

“Bravo Loustik! Pas Pipi ! C’est bien !” et de ce fait, je commence la journée avec une friandise, elle n’est pas belle la vie ?!

Par contre j’ai gardé le contrôle du réveil et l’heure à laquelle je veux sortir.

Tous les matins c’est le même rituel : je pleure, Mamou se lève, se prépare pendant que je mange ma gamelle puis nous partons dehors. Il pleut souvent et Mamou râle légèrement, elle peste contre la météo.

Quant à moi, la pluie m’est bien égale et je préfère jouer dans l’herbe ou avec une feuille, voire un caillou plutôt que de faire mes besoins, je suis mouillé et je n’aime pas spécialement ça non plus, mais la joie d’être dehors prend le dessus.

Mamou n’a pas l’air décidée à rentrer tant que je ne fais rien alors je m’exécute et nous rentrons nous mettre au chaud nous sécher et manger !

Je demande à sortir chaque fois que l’envie me prend tout au long de la journée maintenant, parfois j’en joue même un peu je l’avoue.

Quand je m’ennuie un peu ou que Mamou est occupée, je réclame une sortie mais quand elle se rend compte que je ne ferai pas mes besoins, je n’ai pas de gâteau, dommage !

Mamou râle un peu et me fait attendre la prochaine fois que je demande à sortir…

Elle a bien compris mon rythme de sortie maintenant et je ne peux plus y échapper, parfois je joue super bien et j’ai envie de me soulager mais je ne veux pas arrêter de jouer. Et bien Mamou anticipe, je dois laisser paraître quelque chose pour qu’elle s’en rende compte si vite mais je ne sais pas quoi ! Et hop, elle me prend mon coquin et on file dehors…

A moins que ce soit le fait que je tourne en rond qui me trahisse ?

Dans ces cas là je me dépêche à faire ce que j’ai à faire pour revenir jouer !

Le soir venu, Papou rentre du travail, je suis content de le retrouver, je lui fais la fête, il joue avec moi en plus !

Ensuite direction mon coussin pour un beau câlin, dommage qu’il ne reste pas avec nous toute la journée !

Puis vient le rituel du soir, ils mangent et moi je reste à mon panier mais j’ai un bâton à mâcher pour me faire patienter puis Mamou  va à la salle de bain, enfile son pyjama et d’ailleurs je reste sur le tapis de la salle de bain pendant tout le temps où elle y est. Puis c’est au tour de Papou d’y aller mais lui n’aime pas que je vienne, il ferme la porte. Sniff !
Puis vient la phrase maudite : “Allez Loustik un dernier pipi et au dodo”. Elle me sort un peu de force je l’avoue, mais je lui fais plaisir et je suis récompensé à nouveau par une friandise. Seulement quand on rentre elle retire mon harnais, je sais qu’il va être temps d’aller dormir. Une vilaine angoisse me prend, je vais à nouveau être seul pour de longues heures interminables…
Mes doutes étaient fondés, Papou me fait un gros bisou “bonne nuit mon Loulou, soit bien sage, à demain !” et Mamou me met à mon panier, me fait un câlin, des bisous et j’ai beau avoir été sage, elle me laisse à nouveau.

Elle allume la télévision pour que je ne sois pas dans le noir, encore un gros bisou et la voilà qui monte, là-haut, le seul endroit de la maison où je ne peux pas aller, Papou me l’a dit plusieurs fois “tu ne peux pas monter Loustik”.

Tant pis, même si ça aurait été chouette d’aller visiter les lieux et dormir avec eux.

Je m’allonge donc sur mon coussin que Mamou a déposé sur le tapis en bas de l’escalier, je m’installe confortablement et la maison entière est prête à s’endormir…

J’aime être là, au plus près d’eux que je puisse être.

Parce que si je tends l’oreille, je les entends dormir, leurs respirations à la fois fortes et calmes me rassurent et à mon tour je peux m’endormir en toute sécurité.

Une dernière pensée avant de sombrer dans le sommeil : “ne fais pas pipi et demain sera le plus beau des réveils avec Mamou qui sera fière de toi”, je m’endors…